Accueil  > Actualités Harcèlement sexuel  > 04/2012 : Le harcèlement (...)

04/2012 : Le harcèlement sexuel, une épidémie fait des ravages chez nos hommes !

Le harcèlement sexuel, cette infâme épidémie de notre société machiste et patriarcale, sévit et se propage comme le choléra et la malaria et est bien plus répandu qu’on ne le croit sur le lieu du travail et nos établissements scolaires. D’ailleurs, il ne fait qu’empirer !

Ces dernières années, il est devenu un véritable fléau qui devrait susciter, à notre humble avis, un débat national. Ce comportement prohibitif et déshonorant est le fardeau quotidien, parmi tant d’autres, de nombreuses professionnelles haïtiennes et n’est autre chose qu’une forme de violence physique, morale, psychologique portant atteinte à la dignité, la pudeur, l’honneur et la liberté de la femme. Le harcèlement sexuel est pour nous une expérience personnelle qui nous pousse à toujours soutenir les femmes qui en sont victimes et à le dénoncera HAUT ET FORT !

Malgré les beaux discours officiels, les promesses électorales faites çà et là, nous sommes bien tentées de parler d’indifférence et d’insensibilité des responsables de l’État face à ce fléau endémique qui est à la fois toléré et perpétré par nos autorités. Bien que le harcèlement sexuel soit sorti de l’ombre ces dernières années, il reste un sujet tabou qui n’est toujours pas précisé dans la législation haïtienne, et ce vide juridique favorise l’impunité. En Haïti, quand une femme se fait harceler, c’est elle que le plus souvent, l’on blâme et non l’agresseur. Pour cette raison, les victimes dénoncent rarement leurs harceleurs. L’absence de lois explicites sanctionnant le harcèlement, la portée du tabou entourant le sexuel, la peur du licenciement sont autant d’éléments qui découragent les victimes à dénoncer leurs bourreaux. Encouragés par notre culture machiste, le silence de leurs victimes et profitant de leur position de force, les harceleurs usent de toutes sorte d’artifices ou dérobades allant de commentaires désobligeants aux attouchements inappropriés en passant par l’exhibitionnisme et les invitations sexuelles aux manigances et chantages pour humilier et astreindre leurs victimes à satisfaire leurs lubies sexuelles.

Le harcèlement sexuel est partout : dans le secteur privé comme dans le secteur public où les supérieurs hiérarchiques font pression sur les femmes pour obtenir d’elles des relations sexuelles en échange de promotion, de privilèges ou autres.

Le harcèlement sexuel est un problème majeur très répandu dans la société haïtienne et de plus en plus accepté comme la norme. Pour obtenir un poste, le garder ou acquérir une promotion, il suffit de devenir la « bouboutte » ou la « protégée » d’un directeur ou d’une autorité quelconque.

Aucune femme n’est à l’abri du harcèlement sexuel. Et même nos jeunes filles dans nos établissements scolaires n’en sont épargnées ! Le harcèlement sexuel est partout : dans le secteur privé comme dans le secteur public où les supérieurs hiérarchiques font pression sur les femmes pour obtenir d’elles des relations sexuelles en échange de promotion, de privilèges ou autres.

Sans aucun doute, des pas considérables ont été franchis dans le domaine de la protection des droits de la femme haïtienne. Mais il est évident que la route est longue et jonchée d’obstacles. Il est temps que les autorités se rappellent qu’en plus de la Charte fondamentale de la République qui assure l’égalité de l’homme et de la femme devant la loi, l’État haïtien s’est également engagé à protéger les droits des femmes à travers les principaux instruments internationaux des droits de l’homme. Haïti ne peut donc persister à être un pays où les droits fondamentaux des femmes ne sont reconnus qu’en théories et à travers des discours creux. Il est temps que le harcèlement sexuel soit considéré comme une faute grave, un délit même ! Il est impératif qu’Haïti s’aligne sur ce qui se passe un peu partout dans le monde où on condamne l’harcèlement sexuel comme étant un délit. Il est devenu une nécessité et presque une obligation que la société civile en général soit conscientisée à travers des campagnes de sensibilisation et de formation contre le harcèlement et soit au courant de la signification, des troubles et des répercussions désastreuses du harcèlement sexuel afin que le lieu du travail, qu’il soit public ou privé, ne soit plus jamais un bagne pour les femmes. Cette épidémie honteuse qui sévit dans notre société est à combattre !

Chantal M. ELIE

Voir en ligne : Source : Le Matin Haïti

Actualités Harcèlement sexuel

Contact  |  Mentions légales  |  Plan du site